FacebookTwitterGoogle PlusGoogleLinkedInMailImprimerFavoris
Activités innovantes et métiers émergents en Normandie
Activités innovantes et métiers émergents en Normandie
22/11/2016

Cette première étude normande, commune aux deux Carif-Oref, menée à la demande du COPAREF, s’articule en 2 volets :

  • un panorama statistique autour des thématiques classiques : démographie, tissu économique, emploi, marché du travail et formation. L’objectif est de repérer les secteurs d’activité et les familles de métiers les plus dynamiques de la nouvelle région et de ses territoires
  • une approche qualitative sur les activités en développement, les métiers en évolution, et les besoins en formation dans 3 domaines : l’énergie, l’industrie agroalimentaire et la santé.

Cette étude constitue avant tout un travail exploratoire destiné à l’acculturation des acteurs aux grandes données socio-économiques normandes et à la mise en œuvre d’une réflexion partagée sur de grands enjeux emploi-formation à l’échelle de la nouvelle région.
La méthode choisie pour mener à bien ces travaux juxtapose approche quantitative, par la mobilisation des statistiques publiques, et approche qualitative, par la mise en œuvre d’entretiens auprès d’experts. Ce travail, réalisé conjointement par les équipes du Crefor et de l’Errefom est le premier du genre et préfigure ainsi l’activité du futur Carif-Oref normand.    


Trois grands enseignements

L’analyse découlant de l’approche exploratoire a conduit à tirer trois grands enseignements de fond concernant les domaines étudiés :

  • – L’existence d’interactions entre les domaines étudiés

Lors du travail mené auprès des acteurs concernés par les trois domaines d’étude retenus, des interactions ont pu être constatées entre les différents domaines.
Ainsi, l’énergie et la santé sont notamment liées, à travers la dimension du nucléaire appliqué à la santé (existence du pôle de compétitivité Nucléopolis). De même, l’agroalimentaire et la santé se rapprochent via le développement de pôles diététiques au sein des entreprises de l’agroalimentaire. Enfin, en lien avec le développement durable, l’agroalimentaire (comme tout le secteur de l’industrie) tend vers une démarche d’économie d’énergie (valorisation des déchets, installation de méthaniseurs, stations d’épuration…).

  •  Des métiers davantage en transformation plutôt qu’en émergence

Il ressort des entretiens que peu de nouveaux métiers se créent : les métiers en émergence (métiers créés en réponse au besoin d’adaptation des entreprises à un environnement changeant) sont somme toute assez rares. Il est plus juste de parler de métiers en transformation, avec des compétences nouvelles ou à adapter en fonction des évolutions. D’ailleurs, ces évolutions sont liées à des facteurs divers et variés : progrès technologiques, normes réglementaires, évolutions sociétale et démographique… On se rend ainsi compte que certains métiers deviennent transversaux à plusieurs domaines, notamment sous l’influence du numérique.

  • – Le numérique : vecteur de l’évolution des métiers

L’arrivée du numérique constitue certes une évolution technologique pour tous les domaines mais son impact sur les salariés en termes de compétences et de contenu de métier est également très important.  A tous les niveaux, le numérique implique une adaptation : à de nouveaux outils, à de nouvelles méthodes de travail, etc. Des compétences nouvelles ou à adapter via des formations sont nécessaires à tous les niveaux de postes : il en va ainsi par exemple, sur la chaîne de production dans l’industrie, dans la transmission des données et informations en matière de santé, etc.
Cette révolution numérique pose la question de l’économie normande du futur. Une réflexion plus approfondie avec les différents acteurs concernés pourrait d’ailleurs être menée (branches, filières, représentants de l’état et de la région…), afin d’identifier plus précisément l’impact du numérique sur les compétences et les métiers, tous domaines confondus.

 

Pour en savoir plus, consulter l’étude complète et la synthèse